No 171, novembre-décembre 2020

Actualité

Les données de la COVID-19 sur une plateforme internationale

covid data hub

La plateforme COVID-19 Data Hub
covid19datahub.io

Présenter des données fiables et unifiées à l’échelle internationale sur l’évolution de la COVID-19 : tel est l’objectif de la plateforme COVID-19 Data Hub. Créée en avril dernier par Emanuele Guidotti, assistant doctorant à l’Institut d’analyse financière de l’UniNE, en collaboration avec David Ardia, professeur à HEC Montréal et ancien collaborateur de l’UniNE, elle fait appel à la coopération de la communauté scientifique des données partout dans le monde. A ce jour, les données ont été téléchargées 2,92 millions de fois.

Accéder à des données internationales fiables sur la COVID-19, pas toujours facile. Emanuele Guidotti en a fait l’expérience en début d’année. «Travaillant pour un projet de recherche sur la COVID-19, j'ai réalisé la difficulté d'accéder aux données liées au virus.» En cause, l’hétérogénéité des sources : en fonction des pays, les informations sont divulguées dans des langages et formats différents. Pour les unifier, l’assistant doctorant a développé le tout premier prototype de la plateforme COVID-19 Data Hub au printemps. «Ce travail faisait partie initialement d'un document de recherche qui a été publié par la suite dans Springer Nature et présenté sur le site web du Joint Research Centre.» Grâce à la collaboration de David Ardia, la plateforme a reçu le soutien financier de l’Institut canadien pour la valorisation des données IVADO et de HEC Montréal.

Comme l’ont expliqué les deux chercheurs dans Quartier L!bre, le journal indépendant des étudiant-e-s de l’Université de Montréal, «à chaque heure qui passe, les algorithmes de COVID-19 Data Hub téléchargent automatiquement les données les plus récentes des sources officielles de 193 pays, de 500 régions et d’environ 4000 villes ». «Une centaine de participant-e-s ont contribué à l’alimentation de la plateforme», précise Emanuele Guidotti. Les données sont vérifiées puis fusionnées dans une seule base de données, accessible gratuitement à tout le monde dans n’importe quel format. Depuis le lancement de la plateforme, les données ont été téléchargées 2,92 millions de fois, ce qui est «gigantesque», s’enthousiasment les deux chercheurs.

Le COVID-19 Data Hub va bientôt bénéficier du soutien financier du Consortium R, l'organisation mondiale qui promeut la croissance et le développement du logiciel R en tant que plateforme de premier plan pour la science des données et le calcul statistique. La maintenance du projet sera prise en charge par des professeur-e-s du Département de statistique et de biostatistique de la California State University, East Bay, avec qui Emanuele Guidotti et David Ardia ont commencé à travailler.

Revue de presse :


Actualité: les articles

covid 19 data hub

Les données de la COVID-19 sur une plateforme internationale

Présenter des données fiables et unifiées à l’échelle internationale sur l’évolution de la COVID-19 : tel est l’objectif de la plateforme COVID-19 Data Hub. Créée en avril dernier par Emanuele Guidotti, assistant doctorant à l’Institut d’analyse financière de l’UniNE, en collaboration avec David Ardia, professeur à HEC Montréal et ancien collaborateur de l’UniNE, elle fait appel à la coopération de la communauté scientifique des données partout dans le monde. A ce jour, les données ont été téléchargées 2,92 millions de fois.
internet des objets

Vers des objets connectés avec plus de sécurité

L’Université de Neuchâtel participe à un vaste projet européen d’intelligence artificielle destinée aux objets connectés. Un groupe de l’Institut d’informatique y cherchera à augmenter la sécurité des applications de cette technologie qui vont de la maison intelligente aux voitures autonomes. Le projet VEDLIoT dans son ensemble vise à rendre ces applications plus robustes, plus puissantes et plus efficaces énergétiquement. Coordonné par l’Université de Bielefeld (Allemagne) et doté de 8 millions d’euros sur trois ans, il compte treize institutions européennes partenaires.
chenille

Comment le haricot perçoit l’attaque d’une chenille

Des chercheurs de Californie et de l'État de Washington, avec l'aide de scientifiques de l'Université de Neuchâtel, ont identifié le récepteur chimique qui avertit le haricot d’une attaque de chenille herbivore, grâce à la signature moléculaire provenant de la salive du ravageur. Cette information permet à la plante de préparer une défense chimique naturelle appropriée. Ce résultat fait l’objet d’une publication dans la prestigieuse revue PNAS.

Bureau presse et promotion
Fbg de l'Hôpital 41
2000 Neuchâtel
bureau.presse@unine.ch
facebook
twitter
youtube
linkedin
linkedin