No 147, janvier 2018

Université

Des lasers pour une horloge atomique 10 fois plus précise

émojis
Banc optique pour caractérisation des lasers (photo : UniNE)

Un consortium franco-suisse dont fait partie le Laboratoire temps fréquence de l’Université de Neuchâtel a développé de nouveaux lasers pour des horloges atomiques qui dérivent d’à peine une seconde tous les … 6 millions d’années. Avec ce résultat, les quatre partenaires académiques et industriels couronnent quatre ans d’efforts dont les applications vont des réseaux de télécommunication aux systèmes de navigation par satellite, comme Galileo, le GPS européen.


Reportage RTS

Les nouvelles horloges à jet thermique de césium sont 10 fois plus précises que les horloges atomiques existant sur le marché. Elles sont destinées à synchroniser des réseaux de télécommunication, ainsi que les systèmes de navigation par satellite (tels que Galileo), tant dans les stations au sol que sur les satellites en orbite.

Les diodes lasers représentent les pièces maîtresses des horloges atomiques. Ce sont elles qui «interrogent» les atomes donnant le temps de référence, en produisant une lumière d’une fréquence bien précise (c’est-à-dire la couleur). Les diodes lasers mises au point dans le projet EURIPIDES LAMA (Laser diode modules for high performance cesium atomic clocks) répondent aux exigences de cette nouvelle génération d’horloges.

La fabrication de ce type de diodes lasers (DFB pour Distributed Feedback Laser) exige une technologie très pointue. Elle demande une grosse infrastructure : salles blanches, systèmes de dépositions de couches semi-conductrices, packaging en atmosphère contrôlée.

Démarré il y a quatre ans, le projet LAMA a été doté d’un budget global de 3 millions d’euros répartis entre les quatre partenaires académiques et industriels, en France et en Suisse. Côté français, III-V Lab, un groupement d’intérêt économique (GIE) entre Thales, Nokia et le CEA, en a assuré la coordination générale. III-V Lab a également développé puis fabriqué les diodes lasers avec les spécifications requises par les deux partenaires industriels : Oscilloquartz SA et Thales Electron Devices.

Société suisse basée à Neuchâtel, Oscilloquartz SA a ainsi pu développer des horloges commerciales de précision et de stabilité sensiblement supérieures aux horloges disponibles actuellement sur le marché pour des applications terrestres de garde du temps, de métrologie, de télécommunication ou de navigation spatiale. Thales Electron Devices, société française, a réalisé une horloge pour des applications dans l’espace.

Quant au LTF, il est principalement intervenu dans la mise au point de procédures de test des diodes lasers avant implantation dans l’horloge. Il a ainsi construit un banc d’essai également mis à disposition d’Oscilloquartz SA.

«Les diodes laser améliorent les performances de pratiquement tous les types d’horloges atomiques. Elles constituent une des principales directions de recherche du LTF», explique Gaetano Mileti, directeur adjoint du LTF et membre du consortium LAMA. «Ces recherches portent d’une part sur l’étude des nouveaux processus physiques engendrés par la lumière laser dans les horloges et d’autre part sur les aspects plus technologiques liés au développement du laser lui-même, en tant que nouveau composant spécifique.»

A travers les efforts de son consortium, le projet LAMA aidera ses partenaires industriels en France et en Suisse à devenir des leaders mondiaux en matière d’horloges atomiques destinées à des applications respectivement spatiales et terrestres.

Plus généralement, le développement de tout instrument utilisant des diodes lasers dont la fréquence du faisceau peut être contrôlée très précisément ouvre encore des perspectives au-delà de la mesure du temps. Ainsi les futures applications pourraient être l’analyse de la teneur en dioxyde de carbone de l’atmosphère impliqué dans l’effet de serre, ou encore la détection d’ondes gravitationnelles, un Graal de la physique fondamentale.

Revue de presse


Université: les autres articles

Restes humains

Homicide présumé: des biologistes de l’Université de Neuchâtel à la rescousse

L’Institut des sciences forensiques de Berne a fait appel à l’Université de Neuchâtel pour analyser le sol au voisinage de restes humains découverts dans une forêt suisse. A l’aide d’un protocole de datation original, un groupe international de chercheurs dirigé par des biologistes de l’UniNE a pu identifier la victime et obtenir des indications sur la date de son décès. Ces résultats sont publiés dans la revue Scientific Reports.
Garçon

Reproduire des actions inutiles est plus fréquent chez les garçons

Confrontées à une démonstration pour résoudre un problème, les filles sont plus nombreuses à reproduire uniquement les actions utiles pour atteindre un objectif donné. Les garçons, eux, ont plus tendance à imiter «à la lettre» toutes les étapes de la même démonstration, y compris des actions inutiles par rapport à l’objectif final. Telle est la conclusion d’une étude de l’Université de Neuchâtel visant à tester l’ingéniosité chez les enfants.
Chimpanzé

Chimpanzés:
copier la mère, même pour les jeux

Chez les petits des chimpanzés, apprendre à maîtriser des outils passe par le jeu. Mais à mesure qu’ils grandissent, les jeunes montrent une nette préférence pour s’amuser avec des objets similaires à ceux qu’emploie leur mère comme outils. La maman est donc un modèle non seulement pour la maîtrise d’outils, mais aussi lors d’activités purement ludiques. C’est ce qu’a découvert Noémie Lamon, une éthologue de l’Université de Neuchâtel qui a étudié des années durant les comportements d‘une communauté de chimpanzés sauvages en Ouganda.
Feuille de hêtre

Le réveil printanier des arbres de moins en moins sensible à l'altitude

Dans les Alpes suisses, le décalage entre haute et basse altitude dans la date d’apparition des feuilles au printemps s’est fortement réduit depuis les années 1960, en raison du réchauffement climatique. C’est ce que révèle une étude menée à l’Université de Neuchâtel et à l’Institut fédéral de recherches sur la forêt, la neige et le paysage (WSL), en collaboration avec l’EPFL, l’Université d’Anvers en Belgique et l’Université normale de Pékin.

Bureau presse et promotion
Av. du 1er-Mars 26
2000 Neuchâtel
bureau.presse@unine.ch
facebook
twitter
youtube
linkedin
linkedin