No 147, janvier 2018

Université

Le réveil printanier des arbres de moins en moins sensible à l'altitude

Feuille de hêtre
Emergence des feuilles chez le hêtre au printemps.
Photo: Yann Vitasse, UniNE/WSL

Dans les Alpes suisses, le décalage entre haute et basse altitude dans la date d’apparition des feuilles au printemps s’est fortement réduit depuis les années 1960, en raison du réchauffement climatique. C’est ce que révèle une étude menée à l’Université de Neuchâtel et à l’Institut fédéral de recherches sur la forêt, la neige et le paysage (WSL), en collaboration avec l’EPFL, l’Université d’Anvers en Belgique et l’Université normale de Pékin. Ces travaux sont publiés dans la prestigieuse revue Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS).

Emmenés par le biologiste Yann Vitasse, trois chercheurs ont analysé plus de 20 000 observations effectuées en Suisse depuis 1960 par des volontaires et collectées par MétéoSuisse. Elles concernent les dates d’apparition des feuilles ou des aiguilles de quatre essences forestières : le hêtre, l’épicéa, le mélèze et le noisetier.

«Ces essences forestières sont parmi les plus répandues en Suisse, notamment en montagne. Elles offrent un aperçu représentatif du démarrage progressif du printemps le long des gradients altitudinaux, commente Yann Vitasse. Les observations faites par les volontaires aux quatre coins du pays permettent aux chercheurs de détecter des changements qui s’opèrent à large échelle. Elles constituent des données très précieuses pour anticiper au mieux les conséquences du réchauffement climatique.»

Les résultats de cette étude montrent d’ailleurs l’une de ces conséquences : un avancement général de la date d’apparition des feuilles. Cet avancement s’est opéré plus rapidement à haute altitude, réduisant ainsi l’écart entre le haut et le bas de la montagne. Au début des années 1960, l’apparition des feuilles des arbres se décalait de 5 semaines environ par 1000 m de dénivelé, alors qu’actuellement, le retard ne dépasse pas 3 semaines. Les chercheurs ont remarqué que l’écart diminue surtout après un hiver chaud.

Le phénomène pourrait s’expliquer en partie par des changements d’exposition à une gamme de températures située approximativement entre 0 et 8°C. Cette phase de refroidissement (mais pas de gelée) est nécessaire pour que les bourgeons sortent de leur repos hivernal. Ceux-ci peuvent ensuite « réagir » aux températures chaudes printanières, afin de permettre aux feuilles de se développer normalement.

Avec le réchauffement climatique, les périodes d’exposition à cette gamme de température sont en augmentation à haute altitude. A l’inverse, ces périodes deviennent moins fréquentes à basse altitude. La levée de dormance des bourgeons pourrait ainsi avoir lieu de plus en plus tôt à haute altitude et de plus en plus tard à basse altitude, réduisant le décalage de l’apparition des feuilles avec l’altitude.

A cela s’ajoute un autre effet dû à l’avancement du réveil printanier : la durée du jour. A basse altitude, les feuilles qui sortent trop tôt s’exposent à une durée du jour plus courte, ce qui peut contribuer à ralentir le développement des bourgeons.

«Le réchauffement climatique à venir pourrait uniformiser davantage l’apparition du printemps dans les zones montagneuses, conclut Yann Vitasse. Avec des conséquences sur la structure et la fonction des écosystèmes forestiers, en particulier via des changements dans les interactions plantes-animaux.» Mais l'impact réel d'un tel changement reste aujourd'hui encore largement méconnu.

Revue de presse


Université: les autres articles

Laboratoire

Des lasers pour une horloge atomique 10 fois plus précise

Un consortium franco-suisse dont fait partie le Laboratoire temps fréquence de l’Université de Neuchâtel a développé de nouveaux lasers pour des horloges atomiques qui dérivent d’à peine une seconde tous les … 6 millions d’années. Avec ce résultat, les quatre partenaires académiques et industriels couronnent quatre ans d’efforts dont les applications vont des réseaux de télécommunication aux systèmes de navigation par satellite, comme Galileo, le GPS européen.
Restes humains

Homicide présumé: des biologistes de l'Université de Neuchâtel à la rescousse

L’Institut des sciences forensiques de Berne a fait appel à l’Université de Neuchâtel pour analyser le sol au voisinage de restes humains découverts dans une forêt suisse. A l’aide d’un protocole de datation original, un groupe international de chercheurs dirigé par des biologistes de l’UniNE a pu identifier la victime et obtenir des indications sur la date de son décès.
Garçon

Reproduire des actions inutiles est plus fréquent chez les garçons

Confrontées à une démonstration pour résoudre un problème, les filles sont plus nombreuses à reproduire uniquement les actions utiles pour atteindre un objectif donné. Les garçons, eux, ont plus tendance à imiter «à la lettre» toutes les étapes de la même démonstration, y compris des actions inutiles par rapport à l’objectif final. Telle est la conclusion d’une étude de l’Université de Neuchâtel visant à tester l’ingéniosité chez les enfants.
Chimpanzé

Chimpanzés:
copier la mère, même pour les jeux

Chez les petits des chimpanzés, apprendre à maîtriser des outils passe par le jeu. Mais à mesure qu’ils grandissent, les jeunes montrent une nette préférence pour s’amuser avec des objets similaires à ceux qu’emploie leur mère comme outils. La maman est donc un modèle non seulement pour la maîtrise d’outils, mais aussi lors d’activités purement ludiques. C’est ce qu’a découvert Noémie Lamon, une éthologue de l’Université de Neuchâtel qui a étudié des années durant les comportements d‘une communauté de chimpanzés sauvages en Ouganda.

Bureau presse et promotion
Av. du 1er-Mars 26
2000 Neuchâtel
bureau.presse@unine.ch
facebook
twitter
youtube
linkedin
linkedin