No 147, janvier 2018

Université

Homicide présumé: des biologistes de l'Université de Neuchâtel à la rescousse

émojis
Image d'illustration

L’Institut des sciences forensiques de Berne a fait appel à l’Université de Neuchâtel pour analyser le sol au voisinage de restes humains découverts dans une forêt suisse. A l’aide d’un protocole de datation original, un groupe international de chercheurs dirigé par des biologistes de l’UniNE a pu identifier la victime et obtenir des indications sur la date de son décès. Ces résultats sont publiés dans la revue Scientific Reports.

La découverte de restes humains dans une forêt suisse a mobilisé un groupe international de chercheurs. Deux laboratoires suisses, le Laboratoire de biodiversité du sol de l’UniNE et l’Institut des sciences forensiques de l’Université de Berne, le Laboratoire d’acarologie de l’Université de Reading (Grande-Bretagne), ainsi que le Real Jardín Botánico de Madrid (Espagne), ont rassemblé leurs efforts pour tenter, à l’aide de diverses méthodes d’analyse, de reconstituer ce crime. Cette recherche faisait également partie du doctorat de la première auteure de l’article, lldikò Szelecz, une thèse qu’elle a soutenue en début d’année à l’UniNE.

En combinant diverses informations tirées de l’analyse au carbone 14 des os et des cheveux, de la chimie du sol et des organismes présents sous le cadavre (acariens, nématodes, et micro-eucaryotes), les spécialistes ont pu déterminer que les restes du défunt se trouvaient déjà depuis plus d’une année sur le lieu de sa découverte. L’analyse des os a permis d’identifier la victime, un jeune homme qui a été vu vivant 22 mois avant la découverte de ces restes humains.

«Le fait que plusieurs méthodes aient donné des résultats concordants sur l’âge du cadavre nous conforte dans nos conclusions», note Edward Mitchell, directeur du Laboratoire de biodiversité du sol. En particulier, l’analyse des acariens révèle que le cadavre aurait dans un premier temps été entreposé dans un milieu confiné.

«De nouveaux développements technologiques ont révolutionné notre perception de la diversité microbienne, qui dépasse de loin celle des animaux et des plantes» relève Enrique Lara, ancien chercheur à l’Université de Neuchâtel et actuellement en poste au Real Jardín Botánico à Madrid. «Ces méthodes peuvent être appliquées dans les sciences médico-légales pour établir de nouveaux bioindicateurs, c'est-à-dire des témoins microbiens qui sont associés à différentes étapes de la décomposition d’un cadavre et qui peuvent ainsi fournir des informations sur la date du décès.»

C’est la première fois que des analyses de nématodes et de la diversité des micro-eucaryotes (champignons et protistes) du sol ont été appliquées dans une instruction sur un homicide présumé. «Nous avons développé ces méthodes en étudiant la décomposition en forêt de cadavres de cochons, indique Edward Mitchell. Nous avons ainsi rassemblé des connaissances complémentaires sur les nématodes, les micro-eucaryotes et la chimie du sol qui nous ont permis d’établir un diagnostic. Depuis 2009, plus de 800 échantillons correspondant à différentes étapes de décomposition ont été analysés pour établir des méthodes d’évaluation d’intervalles post-mortem. Il s’agit pour nous d’une première mise en situation pour dater l’âge d’un cadavre humain. Toutefois le cas n’est pas encore résolu : les investigations contre inconnu se poursuivent.»

Revue de presse


Université: les autres articles

Laboratoire

Des lasers pour une horloge atomique 10 fois plus précise

Un consortium franco-suisse dont fait partie le Laboratoire temps fréquence de l’Université de Neuchâtel a développé de nouveaux lasers pour des horloges atomiques qui dérivent d’à peine une seconde tous les … 6 millions d’années. Avec ce résultat, les quatre partenaires académiques et industriels couronnent quatre ans d’efforts dont les applications vont des réseaux de télécommunication aux systèmes de navigation par satellite, comme Galileo, le GPS européen.
Garçon

Reproduire des actions inutiles est plus fréquent chez les garçons

Confrontées à une démonstration pour résoudre un problème, les filles sont plus nombreuses à reproduire uniquement les actions utiles pour atteindre un objectif donné. Les garçons, eux, ont plus tendance à imiter «à la lettre» toutes les étapes de la même démonstration, y compris des actions inutiles par rapport à l’objectif final. Telle est la conclusion d’une étude de l’Université de Neuchâtel visant à tester l’ingéniosité chez les enfants.
Chimpanzé

Chimpanzés:
copier la mère, même pour les jeux

Chez les petits des chimpanzés, apprendre à maîtriser des outils passe par le jeu. Mais à mesure qu’ils grandissent, les jeunes montrent une nette préférence pour s’amuser avec des objets similaires à ceux qu’emploie leur mère comme outils. La maman est donc un modèle non seulement pour la maîtrise d’outils, mais aussi lors d’activités purement ludiques. C’est ce qu’a découvert Noémie Lamon, une éthologue de l’Université de Neuchâtel qui a étudié des années durant les comportements d‘une communauté de chimpanzés sauvages en Ouganda.
Feuille de hêtre

Le réveil printanier des arbres de moins en moins sensible à l'altitude

Dans les Alpes suisses, le décalage entre haute et basse altitude dans la date d’apparition des feuilles au printemps s’est fortement réduit depuis les années 1960, en raison du réchauffement climatique. C’est ce que révèle une étude menée à l’Université de Neuchâtel et à l’Institut fédéral de recherches sur la forêt, la neige et le paysage (WSL), en collaboration avec l’EPFL, l’Université d’Anvers en Belgique et l’Université normale de Pékin.

Bureau presse et promotion
Av. du 1er-Mars 26
2000 Neuchâtel
bureau.presse@unine.ch
facebook
twitter
youtube
linkedin
linkedin