No 143, juin - juillet 2017

Université

Sciences cognitives: l'éveil de l'intérêt chez les bébés

Eveil de l'intérêt chez les bébés

Les bébés sont capables de comprendre dès l’âge d’un an l’intérêt que porte un adulte à un objet. C’est ce qui ressort de la thèse de doctorat de Daniel Dukes menée à l’Université de Neuchâtel sous la supervision du professeur Fabrice Clément. Cette découverte du Centre de compétences en sciences cognitives marque un progrès significatif dans l’étude des processus de socialisation des individus.

Depuis des années, Fabrice Clément scrute les prémisses de la socialisation des individus, en cherchant à mettre en évidence les voies par lesquelles des informations sociales parviennent à l’enfant. Et pas seulement par un dialogue explicite et direct. «Actuellement, le processus de socialisation est souvent une boîte noire», résume le chercheur. Pour y voir plus clair, il a imaginé le concept du Babylab, dans lequel on observe les bambins en interaction avec différents objets : les uns suscitent un intérêt marqué, les autres sont complètement délaissés, en fonction de ce que l’enfant aura appris auparavant sur l’importance ou non de ces objets.

Dans l’une des expériences entreprises au Babylab de l’Université de Neuchâtel, un adulte entre dans une pièce où se trouve également le bébé qui sera témoin d’une scène, sans jamais toutefois être sollicité directement. L’adulte a devant lui deux jouets. Il saisit le premier, l’observe attentivement avec une mine intéressée. Quant au deuxième jouet, il le regarde avec désintérêt. En sortant de la pièce, l’adulte pousse un tiroir devant le bébé où se trouvent les deux jouets. Quelles seront les réactions de l’enfant ?

«Avant neuf mois, le bébé saisit indifféremment l’un des deux objets, indique Fabrice Clément. Dès douze mois cependant, il va choisir et scruter plus attentivement le jouet pour lequel l’adulte aura manifesté de l’intérêt.» Ce constat permet de situer l’âge à partir duquel un bébé est capable de comprendre qu’un objet a véritablement de l’importance au regard des autres. La conscience de l’intérêt que des objets suscitent auprès d’autres personnes apparaît donc déjà à douze mois.

Mais à peine quelques semaines plus tard, une surprise frappe les chercheurs. «A quinze mois, le bébé inverse complètement son comportement, note Fabrice Clément. Il prend systématiquement dans ses mains le jouet délaissé par l’adulte. Et on ignore encore le pourquoi de ce revirement» Le chercheur avance cependant deux hypothèses: soit l’enfant considère que l’objet préféré de l’adulte est sa propriété, donc il ne peut plus se l’approprier; soit le bébé cherche à comprendre les raisons pour lesquelles l’adulte ne s’y est pas intéressé.

Revue de presse:


Université: les autres articles

Grands-parents

Grands-parents et nouvelles technologies: quelles relations avec les proches?

Smartphone, PC ou tablette, parfois les trois à la fois: tous ces outils font désormais partie du quotidien de bien des grands-parents. Mais quelles modifications entraînent les nouvelles technologies de communication (NTC) dans les relations que les seniors entretiennent avec leurs proches? C’est la question centrale de l’étude menée à l’Institut de psychologie et éducation de l’Université de Neuchâtel par Antonio Iannaccone, Vittoria Cesari Lusso et Sophie Lambolez.
Drapeaux

Innovation en Suisse: pour un dialogue entre recherche, économie et société

Les politiques d’innovation en Suisse doivent faire dialoguer la recherche, l’économie et la société. S’inspirant du développement de logiciels libres ou des licences creative commons, le projet INNO-Futures des Universités de Neuchâtel et de Berne propose une politique nationale de communs innovatifs, dans laquelle le partage des savoirs favorise la réalisation et la reconnaissance d’idées originales, aussi bien technologiques, qu’économiques ou sociales.

Bureau presse et promotion
Av. du 1er-Mars 26
2000 Neuchâtel
bureau.presse@unine.ch
facebook
twitter
youtube
linkedin
linkedin